Les boîtes rurales de l'Allier
en 1848

     Après le vote, en juin 1829, d’une loi établissant un service de poste dans toutes les communes de France [1], une boîte aux lettres est placée par l’Administration dans chacune de ces communes où il n’existe pas d’établissement de poste [2]. Chaque boîte rurale est identifiée par un timbre alphabétique vissé sur le haut de la porte, destiné, entre autres, à contrôler l’ordre et la régularité de la tournée des facteurs ruraux [3]. Il est assez délicat de recomposer les listes alphabétiques complètes de ces boîtes, en raison du nombre très important des tournées de facteurs, des variations causées par les créations ou mutations des établissements postaux, des services particuliers, et aussi (et surtout) du manque de documentation [4].

     Nous disposons cependant d’un document très intéressant, se présentant sous la forme d’une Carte du service rural des postes du département de l’Allier, publiée en avril 1848 par Hyacinthe Fayolle, directeur comptable des postes [5], qui nous fournit une vue instantanée de l’organisation postale rurale en Bourbonnais au milieu du dix-neuvième siècle.

     En 1848, l’Allier est divisé en quatre arrondissements départementaux : Moulins-sur-Allier (chef-lieu du département), Montluçon, La Palisse et Gannat [6]. Le service rural est organisé autour des cantons composant chacun de ces arrondissements. Son importance est très variable d’un bureau à un autre, certains établissements desservant seize ou dix-sept boîtes rurales, d’autres seulement une ou deux, voire aucune.

Arrondissement de Moulins-sur-Allier

     L’arrondissement de Moulins-sur-Allier comprend neuf cantons (dont deux pour Moulins même), regroupant quatre-vingt-cinq communes, dont douze sont dotées d’un bureau de poste ou d’une distribution. Les communes dotées d’un établissement postal ne sont jamais comprises dans le service rural.

          Canton de Bourbon-l'Archambault

     Le canton de Bourbon compte huit communes, dont Bourbon-l’Archambault qui héberge une direction des postes, laquelle chapeaute une distribution à Ygrande.

     Bourbon n’emploie qu’un seul facteur rural, qui effectue deux tournées, alternées d’un jour sur l’autre. Un jour il dessert Saint-Aubin (A, 652 habitants) et Saint-Hilaire (B, 670 h.), puis il revient à Bourbon après un circuit de vingt-trois kilomètres. Le jour suivant, il va à Franchesse (C, 1144 h.) et Saint-Plaisir (D, 1235 h.) (20 km).

Distribution d'Ygrande

     Le facteur rural d’Ygrande dessert quotidiennement Vieure (A, 958 h.) et Buxière-la-Grue (B, 1816 h.) (26 km). Ces trois communes ont été retirées du service rural de Bourbon-l’Archambault après la création de la distribution d’Ygrande en janvier 1847 [7].

          Canton de Chevagnes

     Le canton de Chevagnes compte dix communes. Une direction des postes est installée à Chevagnes, dotée de quatre facteurs ruraux qui desservent tous les jours six communes rurales, et trois autres un jour sur deux.

     La première tournée dessert tous les jours Beaulon (A, 1673 h.) et Garnat (B, 724 h.) (26 km). La seconde dessert quotidiennement Paray-le-Frésil (C, 741 h.) et Saint-Martin-des-Lais (D, 926 h.) (26 km). La troisième va à Chézi (E, 419 h.) et Lusigny (F, 834 h.), tous les jours (22 km). La quatrième, un jour sur deux, dessert La Chapelle-aux-Chasses (G, 339 h.) et Gannay-sur-Loire (H, 696 h.) (32 km). Et enfin la cinquième, un jour sur deux, va à Thiel (I, 1166 h.) (24 km).

          Canton de Dompierre-sur-Bèbre

     Le canton de Dompierre comprend neuf communes. Dompierre-sur-Bèbre abrite une direction des postes, dotée de trois facteurs ruraux qui desservent quatre communes rurales quotidiennement, et deux autres un jour sur deux. Deux communes du canton ne sont pas desservies par Dompierre (Coulanges et Molinet), mais par Digoin (Saône-et-Loire).

     La première tournée dessert Diou (A, 1613 h.) et Pierrefitte (B, 931 h.) tous les jours (24 km). La seconde dessert quotidiennement Saint-Pourçain-sur-Besbre (C, 645 h.) et Vaumas (D, 971 h.), (20 km). La troisième, un jour sur deux, Saligny (E, 1509 h.) et Monétay-sur-Loire (F, 717 h.) (26 km).

          Canton de Lurcy-Lévy [8]

     Le canton de Lurcy comprend dix communes. Lurcy-Lévy est dotée d’un bureau de direction secondé par la distribution du Veurdre, et emploie un facteur rural, qui dessert quotidiennement la commune de Couleuvre (A, 1560 h.) (16 km aller et retour).

Distribution du Veurdre

     Les trois facteurs ruraux du Veurdre desservent deux communes quotidiennement, et quatre un jour sur deux. Un facteur se rend tous les jours à Limoise (A, 281 h.) et à Pouzy (B, 1255 h.) (26 km). Depuis Limoise, un facteur de relais [9] résidant dans la commune se rend un jour sur deux à Saint-Léopardin-d’Augy (E, 933 h.) et à Couzon (F, 654 h.) (20 km). Depuis Le Veurdre, un troisième facteur rural se déplace un jour sur deux à Château-sur-Allier (C, 585 h.) et à Neure (D, 404 h.) (14 km). La commune d’Aubigny, précédemment desservie par Le Veurdre, est comprise, en 1848, dans la tournée du facteur de relais allant à Montilly (service rural de Moulins).

          Canton du Montet

     Le canton du Montet comprend treize communes. Le Montet dispose d’un bureau de direction des postes, employant trois facteurs ruraux qui desservent six communes quotidiennement, et deux d’un jour sur l’autre. Quatre communes du canton ne sont pas desservies par les facteurs ruraux du Montet : trois le sont par Saint-Pourçain-sur-Sioule (Contigny, Monétay-sur-Allier, Chatel-de-Neuvre), et la dernière, Chatillon, par Souvigny.

     La première tournée quotidienne dessert Deux-Chaises (A, 1156 h.) et Theil (B, 1041 h.) (28 km). La seconde va tous les jours Cressanges (C, 1241 h.) et retour (18 km). Un jour sur deux, une troisième tournée va à Tréban (D, 721 h.) et Meillard (E, 733 h.) (27 km). La quatrième va tous les jours de Tronget (F, 1170 h.) à Rocles (G, 501 h.) et Saint-Sornin (H, 586 h.) (15 km). Le fait qu’il n’y ait que trois facteurs ruraux au Montet suppose que l’un d’entre eux cumule, un jour sur deux, les deuxième et quatrième tournées (environ 27 km), pour que son collègue puisse effectuer la tournée alternée.

          Cantons de Moulins-sur-Allier

     Les deux cantons de Moulins regroupent quatorze communes. Un bureau de poste est établi à Moulins-sur-Allier, secondé par une distribution à Saint-Ennemond. Moulins emploie huit facteurs ruraux, dont trois facteurs de relais, qui desservent quinze communes quotidiennement, dont quatre sur un canton voisin.

     La première tournée empiette sur le canton de Souvigny, vers Besson (A, 1479 h.) et Chemilly (B, 705 h.) (29 km). A Besson, un facteur de relais venu de Bresnay (L, 862 h.) échange le courrier de et pour sa commune (16 km). La seconde tournée dessert Trevol (C, 924 h.) et Avermes (D, 696 h.) (22 km). A Trevol, un facteur de relais venu de Villeneuve (G, 1197 h.) échange le courrier de et pour sa commune et pour le hameau d’Aurouër (G/2, 439 h.), doté d’une boîte supplémentaire [10] (20 km). La troisième tournée dessert Yzeure (E, 2610 h.) et Toulon (F, 938 h.) (20 km). La quatrième tournée dessert Neuvy (H, 866 h.) et Montilly (I, 800 h.) (20 km). A Montilly, un facteur de relais venu d’Aubigny (K, 273 h.), dans le canton de Lurcy, échange le courrier de et pour sa commune et celle de Bagneux (J, 396 h.) (24 km). Enfin, la dernière tournée dessert Coulandon (M, 727 h.) et Bressolles (N, 709 h.) (23 km).

Distribution de Saint-Ennemond

     Le facteur rural de Saint-Ennemond dessert quotidiennement la commune de Gennetines (A, 445 h.) (14 km). Après la création de la distribution de Saint-Ennemond en janvier 1847, ces deux communes ont été retirées du service rural de Moulins-sur-Allier.


Service rural du bureau de poste de Moulins-sur-Allier en 1848

          Canton de Neuilly-le-Réal

     Le canton de Neuilly-le-Réal regroupe dix communes. Une distribution est installée à Neuilly, et une autre à Bessay, toutes deux dépendant de la direction de Moulins.

     Neuilly emploie un seul facteur rural, qui dessert quatre communes un jour sur deux. Le premier jour, la tournée couvre Mercy (A, 460 h.) et Saint-Voir (B, 530 h.) (24 km). Le second jour, elle dessert Montbeugny (C, 413 h.) et Chapeau (D, 500 h.) (24 km). Après la création de la distribution de Neuilly-le-Réal en novembre 1844, ces cinq communes ont été retirées du service rural de Moulins.

Distribution de Bessay

     Bessay emploie deux facteurs ruraux, qui desservent deux communes chaque jour, et deux autres un jour sur deux. La première tournée couvre Saint-Gérand-de-Vaux (A, 944 h.) et Gouize (B, 301 h.) quotidiennement (23 km). Le seconde tournée dessert un jour sur deux La Ferté-Hauterive (C, 464 h.) et Saint-Loup (D, 413 h.) (22 km). Après la création de la distribution de Bessay en janvier 1840, cette commune et Gouize ont été retirées du service rural de Moulins, les trois autres du service rural de Varennes-sur-Allier.

          Canton de Souvigny

     Le canton de Souvigny comprend onze communes. Une direction des postes est installée à Souvigny, employant trois facteurs ruraux pour desservir huit communes, dont une, Chatillon, située dans le canton du Montet. Trois communes du canton sont desservies par le bureau de Moulins (Besson, Bresnay et Chemilly).

     Une première tournée quotidienne dessert Chatillon (A, 652 h.) et Noyant (B, 780 h.) (20 km). La seconde tournée, un jour sur deux, dessert Autry-Issards (C, 559 h.), Gipcy (D, 795 h.) et Meillers (E, 496 h.) (26 km). Une troisième tournée, en alternance avec la précédente, dessert Marigny (F, 319 h.) (14 km aller et retour). La dernière tournée, quotidienne, dessert Saint-Menoux (G, 1265 h.) et Agonges (H, 748 h.) (25 km).

Arrondissement de Montluçon

     L’arrondissement de Montluçon regroupe six cantons, comprenant quatre-vingt-onze communes, dont neuf sont dotées d’un bureau de poste.

          Canton de Cérilly

     Le canton de Cérilly compte douze communes. Ce canton est doté de trois bureaux de direction des postes, Cérilly, Meaulne et Ainay-le-Château. Cérilly n’emploie qu’un seul facteur rural, qui dessert quotidiennement les communes de Theneuilles (A, 979 h.) et Le Vilhain (B, 732 h.) (20 km).

Direction d'Ainay-le-Château

     Ainay-le-Château emploie deux facteurs ruraux, qui desservent quatre communes quotidiennement. La première tournée va vers Saint-Bonnet-le-Désert (A, 1018 h.) et Braize (B, 454 h.) (16 km). La seconde tournée dessert L’Isle-et-Bardais (C, 910 h.) et Valigny (D, 919 h.) (24 km). Après la création de la direction d’Ainay en novembre 1844, cette commune, Saint-Bonnet et Braize ont été soustraites de la tournée de Meaulne. L’Isle-et-Bardais et Valigny l’ont été de celle de Cérilly.

Direction de Meaulne

     Meaulne emploie un unique facteur rural, qui visite quotidiennement Urçay (A, 615 h.), L’Ételon (B, 385 h.) et Vitray (C, 321 h.) (22 km).

          Canton de Hérisson

     Le canton de Hérisson comprend dix-huit communes. Une direction des postes est établie à Hérisson, employant quatre facteurs ruraux pour desservir deux communes quotidiennement et quatorze un jour sur deux. La dernière commune du canton, Estivareilles, est desservie par le bureau de Montluçon.

     La première tournée dessert, un jour sur deux, Nassigny (A, 386 h.) et Vallon (B, 1030 h.) (22 km). La deuxième tournée dessert Louroux-Hodement (C, 613 h.) et Bizeneuille (D, 715 h.), un jour sur deux (25 km). Un facteur rural résidant à Cosne se rend tous les matins à Hérisson pour effectuer la troisième tournée sur Venas (E, 766 h.) et Cosne (F, 1275 h.) (24 km). A partir de Cosne, un facteur de relais se rend un jour sur deux à Sauvagny (M, 315 h.), Neuville (N, 218 h.) et Tortezais (O, 487 h.) (18 km), et le lendemain à Louroux-Bourbonnais (P, 782 h.) (16 km aller et retour). La quatrième tournée comprend Maillet (G, 620 h.), Reugny (H, 284 h.), Audes (I, 732 h.) et Givarlais (J, 541 h.) (27 km) desservies un jour sur deux. La dernière tournée va à Saint-Caprais (K, 444 h.) et Le Brethon (L, 1053 h.) (14 km), un jour sur deux.

          Canton de Huriel

     Le canton de Huriel comprend quatorze communes. Une direction des postes est établie à Huriel depuis mars 1845, employant six facteurs ruraux pour desservir six communes quotidiennement et huit autres un jour sur deux, dont une située dans le canton de Montluçon (Lamaids). Avant l’ouverture d’une distribution à Huriel en décembre 1839, toutes ces communes dépendaient du service rural de Montluçon.

     La première tournée dessert tous les jours Nocq (A, 909 h.) et Viplaix (B, 931 h.) (25 km). Depuis Viplaix, un facteur de relais se rend quotidiennement à La Chapelette (H, 311 h.), Saint-Désiré (I, 913 h.) et Courçais (J, 687 h.) (20 km), un autre se rend un jour sur deux à Mesples (K, 390 h.) et Saint-Palais (L, 772 h.) (20 km). La seconde tournée dessert La Chapelaude (C, 1200 h.) tous les jours (14 km) ; un jour sur deux, ce facteur rural prolonge son service sur Chazemais (D, 760 h.) (26 km). La troisième tournée, un jour sur deux, dessert Archignat (E, 614 h.), Treignat (F, 934 h.) et Saint-Sauvier (G, 1349 h.) (30 km). La dernière tournée dessert Saint-Martinien (M, 775 h.) et Lamaids (N, 380 h.) un jour sur deux (19 km).

          Canton de Marcillat

     Le canton de Marcillat regroupe quatorze communes. Marcillat est dotée d’une direction des postes depuis septembre 1845, qui emploie deux facteurs ruraux, visitant quotidiennement deux communes rurales, et quatre autres un jour sur deux. Avant l’ouverture d’une distribution à Marcillat en janvier 1843, toutes les communes du canton faisaient partie du service rural de Néris, canton de Montluçon.

     Une première tournée dessert quotidiennement Arpheuilles-Saint-Priest (A, 840 h.) et Ronnet (B, 565 h.) (22 km). La seconde, un jour sur deux, couvre Terjat (C, 570 h.), La-Petite-Marche (D, 798 h.), Saint-Marcel-en-Marcillat (E, 608 h.) et Saint-Fargeol (F, 890 h.) (24 km).

Distribution de Néris

     Néris, commune dotée d’une direction des postes et dépendant du canton de Montluçon, présente la particularité de desservir uniquement des communes situées hors de ce canton. Les trois facteurs ruraux rattachés à Néris desservent, un jour sur deux, six communes du canton de Marcillat, et quotidiennement Commentry, canton de Montmarault.

     La première tournée dessert Durdat (A, 1190 h.) et La Celle (B, 1210 h.), un jour sur deux (24 km). La deuxième tournée dessert Saint-Genest (C, 535 h.), Sainte-Thérence (D, 512 h.), Mazirat (E, 929 h.) et Villebret (F, 720 h.) un jour sur deux (26 km). Enfin, un facteur rural résidant à Commentry (G, 3015 h.) se rend tous les jours à Néris (18 km aller et retour).

          Canton de Montluçon

     Le canton de Montluçon regroupe seize communes. Montluçon possède un bureau de direction des postes doté de cinq facteurs ruraux desservant quotidiennement treize communes, dont une, Estivareille, située dans le canton de Hérisson. La commune de Lamaids est incluse dans le service de Huriel, et Deneuille dans celui de Montmarault.

     La première tournée dessert Saint-Victor (A, 805 h.), Estivareilles (B, 703 h.) et Verneix (C, 835 h.) (26 km). La deuxième tournée dessert Domérat (D, 3206 h.) et Vaux (E, 753 h.) (26 km). La troisième couvre Désertines (F, 1351 h.), Saint-Angel (G, 630 h.) et Chamblet (H, 745 h.) (22 km). La quatrième va à Lavaux-Saint-Anne (I, 418 h.), Lignerolles (J, 695 h.) et Teillet (K, 908 h.) (28 km). Enfin, la dernière tournée dessert Quinsaines (L, 771 h.) et Prémillat (M, 591 h.) (18 km).

          Canton de Montmarault

     Le canton de Montmarault regroupe dix-huit communes. Une direction des postes est intallée à Montmarault, dotée de cinq facteurs ruraux pour desservir quinze communes un jour sur deux et deux autres quotidiennement. La commune de Commentry est rattachée au service de Néris, alors que celle de Deneuille (canton de Montluçon) est rattachée à celui de Montmarault.

     La première tournée dessert Saint-Priest-en-Murat (A, 1024 h.) et Villefranche (B, 966 h.) un jour sur deux (24 km). Le seconde tournée dessert Saint-Marcel-en-Murat (C, 401 h.) et Blomard (D, 557 h.), un jour sur deux (15 km). La troisième tournée conduit tous les jours à Doyet (E, 1426 h.) et Montvicq (F, 1083 h.) (26 km). Un facteur de relais résidant à Doyet se rend un jour à Malicorne (O, 590 h.) et Colombier (P, 624 h.) (17 km) et le lendemain à Deneuille (Q, 667 h.) (10 km). Une quatrième tournée dessert un jour sur deux Saint-Bonnet-de-Four (G, 612 h.), Louroux-de-Beaune (H, 417 h.), Hyds (I, 875 h.) et Beaune (J, 1185 h.) (30 km). Enfin, la dernière tournée dessert Chappes (K, 779 h.), Murat (L, 667 h.), Chavenon (M, 506 h.) et Sazeret (N, 471 h.), un jour sur deux (27 km).

Arrondissement de La Palisse

     L’arrondissement de La Palisse comprend six cantons, regroupant soixante-quatorze communes, dont dix sont dotées d’un établissement de poste.

          Canton de Cusset

     Le canton de Cusset regroupe douze communes. Des bureaux de direction sont établis à Cusset et à Vichy. Cusset emploie trois facteurs ruraux qui desservent cinq communes tous les jours, et cinq autres un jour sur deux.

     La première tournée dessert un jour sur deux Abrest (A, 853 h.), Saint-Yorre (B, 278 h.) et Mariol (C, 658 h.) (30 km), en alternance avec la deuxième tournée, qui va à Molles (D, 1063 h.) et La Chapelle (E, 1039 h.) (20 km). La troisième tournée, quotidienne, dessert Vernet (F, 1094 h.) et Busset (G, 1680 h.) (24 km). La dernière tournée va tous les jours à Creuzier-le-Vieux (H, 2090 h.), Creuzier-le-Neuf (I, 877 h.) et Bost (J, 356 h.) (24 km).

Direction de Vichy

     Après la réouverture du bureau de Vichy en janvier 1838, son facteur rural dessert deux communes tous les jours, Vesse (A, 1000 h.) et Hauterive (B, 408 h.) (17 km), situées toutes les deux dans le canton voisin d’Escurolles, et auparavant desservies par le bureau de Gannat.

          Canton du Donjon

     Le canton du Donjon comprend treize communes. Un bureau de direction est établi au Donjon, doté de six facteurs ruraux pour desservir onze communes tous les jours, et deux autres un jour sur deux. Trois de ces communes sont situées dans le canton de Jaligny (Bert, Liernolles et Saint-Léon). Deux des communes du canton du Donjon (Chassenard et Saint-Léger-des-Bruyères) sont desservies par Digoin.

     La première tournée dessert quotidiennement Neuilly-en-Donjon (A, 491 h.) et Luneau (B, 798 h.) (24 km). A partir de Neuilly-en-Donjon, un facteur de relais tourne un jour sur deux sur Bouchaud (J, 576 h.) et Avrilly (K, 458 h.) (18 km). La deuxième tournée dessert quotidiennement Saint-Didier-en-Donjon (C, 719 h.) et Pin (D, 516 h.) (24 km). La troisième tournée dessert tous les jours Montcombroux (E, 635 h.) et Bert (F, 950 h.) (19 km). La quatrième tournée, tous les jours, va à Lenax (G, 1117 h.), Montaiguet (H, 878 h.) et Loddes (I, 519 h.) (26 km). La dernière tournée dessert tous les jours Liernolles (L, 663 h.) et Saint-Léon (M, 1062 h.), dans le canton de Jaligny (24 km).

          Canton de Jaligny

     Le canton de Jaligny regroupe douze communes. Jaligny abrite une direction des postes, qui emploie quatre facteurs ruraux pour desservir, tous les jours, huit communes rurales. Trois autres des communes du canton sont desservies par Le Donjon. Avant l’ouverture du bureau de Jaligny en novembre 1840, toutes les communes de ce canton étaient desservies par les établissements de La Palisse, du Donjon et de Saint-Gérand-le-Puy.

     La première tournée dessert Chavroche (A, 609 h.) et Varennes-sur-Tesche (B, 732 h.) (20 km). La seconde tournée dessert Trezelle (C, 943 h.) et Cindré (D, 825 h.) (20 km). La troisième tournée va à Thionne (E, 870 h.) et Tréteau (F, 902 h.) (18 km). La dernière tournée couvre Sorbier (G, 502 h.) et Châtel-Perron (H, 483 h.) (18 km).

          Canton de La Palisse

     Le canton de La Palisse comprend quinze communes. Une direction des postes est établie à La Palisse, secondée par deux distributions situées à Arfeuilles et Le Breuil. La Palisse emploie deux facteurs ruraux qui desservent deux communes quotidiennement, et cinq un jour sur deux. Deux des communes du canton (Chatelus et Saint-Pierre-Laval) sont desservies par le bureau de Saint-Martin-d’Estréaux (Loire).

     La première tournée, quotidienne, dessert Perrigny (A, 685 h.) et Servilly (B, 600 h.) (20 km). La seconde tournée, un jour sur deux, va à Barrais (C, 812 h.), Andelaroche (D, 602 h.) et Droiturier (E, 965 h.) (24 km). La troisième tournée, alternant avec la précédente, va à Saint-Prix (F, 936 h.) et Billezois (G, 562 h.) (20 km).

Distribution d'Arfeuilles

     Arfeuilles présente la particularité de ne pas avoir d’arrondissement rural en 1848. Avant l’ouverture de sa distribution en juillet 1839, Arfeuilles était desservi par le bureau de poste de Saint-Martin-d’Estréaux (Loire).

Distribution du Breuil

     Le Breuil emploie un facteur rural qui dessert trois communes quotidiennement, Isserpent (A, 1018 h.), Saint-Christophe (B, 854 h.) et Saint-Etienne-de-Vicq (C, 711 h.) (22 km). Avant l’ouverture de sa distibution en octobre 1845, Le Breuil et son arrondissement rural étaient desservis par le bureau de La Palisse.

          Canton du Mayet-de-Montagne

     Le canton du Mayet-de-Montagne regroupe huit communes. Un bureau de direction des postes est établi au Mayet, employant trois facteurs ruraux pour desservir une commune quotidiennement, et les six autres un jour sur deux.

     La première tournée dessert Châtel-Montagne (A, 1950 h.) et Nizerolles (B, 868 h.) un jour sur deux (20 km). La seconde tournée dessert un jour sur deux Saint-Clément (C, 2081 h.) et Saint-Nicolas-des-Biefs (D, 1406 h.) (22 km). La troisième tournée dessert Arronnes (E, 1100 h.) un jour sur deux (18 km), en alternance avec la quatrième tournée qui va à La Prugne (F, 1956 h.) (23 km). Enfin, une dernière tournée quotidienne va à Ferrières (G, 3179 h.) (16 km).

          Canton de Varennes-sur-Allier

     Le canton de Varennes-sur-Allier regroupe quatorze communes. Deux bureaux de direction y sont établis, à Varennes et à Saint-Gérand-le-Puy. Varennes-sur-Allier emploie deux facteurs ruraux pour desservir cinq communes quotidiennement.

     La première tournée dessert Montoldre (A, 619 h.) et Boucé (B, 746 h.) (20 km). La seconde tournée dessert Créchy (C, 519 h.), Billy (D, 1040 h.) et Rongères (E, 642 h.) (22 km).

Direction de Saint-Gérand-le-Puy

     Saint-Gérand-le-Puy emploie deux facteurs ruraux pour desservir sept communes quotidiennement. La première tournée couvre Saint-Félix (A, 310 h.), Saint-Germain-des-Fossés (B, 1056 h.), Seuillet (C, 450 h.) et Magnet (D, 737 h.) (24 km). La seconde tournée dessert Sansat (E, 494 h.), Langy (F, 529 h.) et Montaigu-le-Blin (G, 1162 h.) (22 km).

Arrondissement de Gannat

     L’arrondissement de Gannat comprend cinq cantons, regroupant soixante-sept communes, dont sept sont dotées d’un établissement de poste.

          Canton de Chantelle

     Le canton de Chantelle se compose de quinze communes. Un bureau de direction est établi à Chantelle, doté de trois facteurs ruraux, desservant douze communes tous les jours. Deux communes de ce canton, Charroux et Saint-Germain-de-Salles, sont desservies par Gannat.

     La première tournée dessert Étroussat (A, 1243 h.), Barberier (B, 352 h.), Ussel (C, 767 h.), Taxat-Senat (D, 730 h.) et Chezelles (E, 548 h.) (28 km). La seconde tournée dessert Deneuille (F, 445 h.), Fleuriel (G, 853 h.), Chareil-Cintrat (H, 892 h.) et Fourilles (I, 478 h.) (24 km). La troisième tournée dessert Monestier (J, 904 h.), Tarjet (K, 620 h.) et Voussac (L, 1246 h.) (28 km)

          Canton d’Ébreuil

     Le canton d’Ébreuil se compose de quinze communes. Un bureau de distribution est établi à Ébreuil depuis décembre 1838, érigé en direction en août 1842, doté de trois facteurs ruraux desservant huit communes quotidiennement. Il est secondé par une distribution établie à Bellenaves en octobre 1845. Avant l’ouverture de ces établissements, les communes qui composeront l’arrondissement rural d’Ébreuil étaient desservies par Gannat, sauf Valignat (par Chantelle). Toutes celles qui composeront l’arrondissement rural de Bellenaves l’étaient par Chantelle.

     La première tournée d’Ébreuil dessert Lalizolle (A, 848 h.) et Chouvigny (B, 905 h.) (25 km). Un facteur de relais résidant à Échassières vient à Lalizolle y échanger le courrier de et pour Nades (G, 536 h.) et Échassières (H, 909 h.) (18 km). La deuxième tournée va à Vicq (C, 1336 h.), Valignat (D, 266 h.), Veauce (E, 206 h.) et Sussat (F, 522 h.) (22 km).

Distribution de Bellenaves

     La distribution de Bellenaves emploie trois facteurs ruraux qui desservent cinq communes quotidiennement. Le premier facteur réside à Vernusse, il se rend tous les matins à Bellenaves pour desservir ensuite Chirat-l’Église (A, 569 h.) et Vernusse (B, 729 h.) (24 km). Depuis Vernusse, un facteur de relais dessert Coutansouze (C, 549 h.) et Louroux-de-Bouble (D, 699 h.) (20 km). La deuxième tournée dessert Naves (E, 851 h.) (8 km).

          Canton d’Escurolles

     Le canton d’Escurolles regroupe treize communes. Une direction des postes est établie à Escurolles depuis novembre 1844, qui emploie deux facteurs ruraux pour desservir six communes quotidiennement. Les communes de Hauterive et de Vesse dépendent du bureau de Vichy. Une distribution est établie à Cognat depuis janvier 1847. Avant l’ouverture des établissements d’Escurolles et de Cognat, toutes les communes du canton étaient desservies par Gannat.

     La première tournée d’Escurolles dessert Brout-Vernet (A, 1807 h.) et Saint-Didier (B, 774 h.) (26 km). La seconde tournée dessert Saint-Pont (C, 1035 h.), Saint-Rémi-en-Rolla (D, 1034 h.), Charmeil (E, 371 h.) et Vendat (F, 1215 h.) (27 km).

Distribution de Cognat

     La distribution de Cognat emploie deux facteurs ruraux pour desservir trois communes quotidiennement. Le premier va à Espinasse-Vozelles (A, 828 h.) (10 km). Le second facteur réside à Brugheas, il se rend tous les matins à Cognat avant d’effectuer la tournée de Serbannes (B, 782 h.) et Brugheas (C, 1835 h.) (18 km).

          Canton de Gannat

     Le canton de Gannat comprend douze communes. Un bureau de direction est établi à Gannat, employant quatre facteurs ruraux pour desservir tous les jours treize communes, dont deux situées dans le canton de Chantelle, Charroux et Saint-Germain-de-Salles.

     La première tournée dessert Monteignet (A, 615 h.), Mayet-d’École (B, 883 h.) et Saulzet (C, 862 h.) (22 km). La deuxième tournée dessert Mazerier (D, 480 h.), Jenzat (E, 1185 h.), Charroux (F, 1686 h.) et Saint-Germain-de-Salles (G, 922 h.) (27 km). La troisième tournée va à Biozat (H, 1529 h.), Charmes (I, 703 h.), Poëzat (J, 270 h.) et Saint-Priest-d’Andelot (K, 438 h.) (22 km). La dernière tournée couvre Bègues (L, 555 h.) et Saint-Bonnet-de-Rochefort (M, 1350 h.) (20 km).

          Canton de Saint-Pourçain-sur-Sioule

     Le canton de Saint-Pourçain compte douze communes. Une direction des postes est établie à Saint-Pourçain-sur-Sioule, employant cinq facteurs ruraux pour desservir douze communes quotidiennement, et deux un jour sur deux. Trois de ces communes sont situées dans le canton du Montet.

     La première tournée dessert tous les jours Contigny (A, 1116 h.), Monétay-sur-Allier (B, 820 h.) et Châtel-de-Neuvre (C, 1022 h.), communes situées dans le canton du Montet (24 km). La deuxième tournée dessert tous les jours Saulcet (D, 1000 h.), Verneuil (E, 720 h.), La Féline (F, 513 h.), Bransat (G, 1300 h.) et Louchy-Monfand (H, 686 h.) (25 km). La troisième tournée va tous les jours à Paray-sous-Briailles (I, 923 h.), Marcenat-sur-Allier (J, 620 h.) et Loriges (K, 453 h.) (25 km). La quatrième tournée va quotidiennement à Bayet (L, 1080 h.), et retour (18 km). La dernière tournée, un jour sur deux, dessert Montord (M, 364 h.) et Cesset (N, 694 h.) (16 km).


Service rural de l'arrondissement de Gannat en 1848

Bureau de Digoin (Saône-et-Loire)

     Le bureau de direction de Digoin (Saône-et-Loire), limitrophe de l’Allier, envoie un facteur rural desservir un jour sur deux Molinet (D, 801 h.) et Coulanges (E, 801 h.), communes situées dans le canton de Dompierre-sur-Bèbre (20 km), et le jour suivant Chassenard (F, 704 h.) et Saint Léger-des-Bruyères (G, 423 h.), dépendant du canton du Donjon (19 km).

Bureau de Saint-Martin-d'Estréaux (Loire)

     Le bureau de direction de Saint-Martin-d’Estréaux (Loire), limitrophe de l’Allier, envoie quotidiennement un facteur rural à Saint-Pierre-Laval (A, 969 h.) et Chatelus (B, 381 h.), communes situées dans le canton de La Palisse (13 km).

Le service rural de l'Allier en quelques chiffres

     Nous avons vu en développement que dans l’Allier, le service rural était articulé autour des cantons. En 1837, six cantons ne disposaient pas d’un bureau de poste, et leurs communes étaient desservies par des facteurs ruraux venus des cantons voisins (cf. note 6). En 1848, après l’ouverture d’établissements de poste dans les chefs-lieux de ces six cantons (Neuilly-le-Réal, Huriel, Marcillat, Jaligny, Ébreuil et Escurolles), chaque canton de l’Allier dispose d’au moins un bureau de poste. Le département de l’Allier compte alors vingt-neuf bureaux de direction et neuf distributions. Deux bureaux extérieurs au département participent au service rural de l’Allier. L’ensemble de ces bureaux emploie cent-vingt-huit facteurs ruraux, dont deux venus de l’extérieur du département. Dix de ces facteurs sont des facteurs de relais. Ils effectuent quatre-vingts tournées quotidiennes, visitant cent-quatre-vingt-trois boîtes rurales, dont une boîte supplémentaire, et quarante-trois tournées d’un jour sur l’autre, pour quatre-vingt-seize boîtes visitées. En 1848, dans l’Allier, une commune rurale sur trois n’est donc pas encore desservie tous les jours.

     La population des deux-cent-soixante-dix-neuf communes rurales de l’Allier atteint, au total, environ deux-cent-trente-deux-mille habitants [11]. La grande majorité de ces communes compte entre quatre-cents et mille-cinq-cents habitants, une vingtaine compte moins de trois-cents habitants, et une vingtaine plus de quinze-cents. Domérat (3200 h.), Ferrières (3100 h.) et Commentry (3000 h.) sont les bourgs les plus peuplés, dont la population est nettement plus importante que celle de certaines communes disposant d’un bureau, comme Jaligny, qui compte par exemple moins de neuf-cent-cinquante habitants.

     Un Relevé par département du nombre de communes et autres localités ayant une appellation propre en France, effectué d’après le résultat de l’enquête générale faite au mois de novembre 1847 par les soins de l’administration des Postes [12] nous fournit des données chiffrées sur les objets distribués et relevés en secteur rural. Effectuée sur une trés courte durée (seulement deux semaines) et comportant probablement des lacunes dans les relevés, l’enquête nous donne le total de neuf-mille lettres, six-mille journaux, et trois-mille imprimés privés ou dépêches administratives distribués en quatorze jours dans le département de l’Allier, soit moins d’une quinzaine d’objets emportés à chaque tournée. Le nombre d’objets relevés soit en main propre, soit dans les boîtes rurales est encore plus faible, à peine trois-mille-cinq-cents [13], soit trois lettres par tournée.

     La totalité des tournées des facteurs ruraux du département couvre un peu moins de deux-mille-sept-cents kilomètres. La plus grande tournée compte trente-deux kilomètres, et la plus petite seulement huit kilomètres, la plupart se situant autour des vingt kilomètres. La journée-type d’un facteur rural dans l’Allier au milieu du dix-neuvième siècle se passe donc à visiter deux boites aux lettres, et à effectuer le service postal pour seize-cents habitants, en parcourant vingt-et-un kilomètres à pied dans la campagne bourbonnaise.

------
Notes
[1] Sauf dans le département de la Seine. Loi des 3 et 10 juin 1829 relative à établissement d'un service de poste dans toutes les communes du royaume (VIII, Bull. CCXCIV, n° 11235). [up]
[2] A partir du 1er avril 1830. Instruction sur le service rural, art. 2, Direction générale des postes, Imprimerie royale (Paris), 1830. [up]
[3] Dans la suite du texte, l’indicatif de ces timbres alphabétiques sera indiqué entre parenthèses, après le nom de chaque commune disposant d’une boîte rurale. Les chiffres des populations sont ceux donnés par l’enquête postale de 1847 (voir en fin d’article). Les distances indiquées à la suite sont théoriques, elles sont souvent augmentées par le service des écarts, et toujours données pour l’aller et retour au point de départ de la tournée. [up]
[4] Le Règlement de l’Administration des postes concernant la constatation du produit des taxes (Imprimerie royale, Paris, 1835) prescrit aux directeurs (art. 150) de renseigner un état n° 922 bis détaillant l’organisation du service rural de leurs arrondissements mis à jour pour l’année en cours. [up]
[5] Desrosiers éditeur, Moulins (Allier). La carte est consultable sur le site gallica.bnf.fr. [up]
[6] Division territoriale de la France faisant suite au Dictionnaire des postes aux lettres, Direction générale des postes, Imprimerie royale (Paris), 1837. [up]
[7] Encyclopédie des timbres-poste de France, annexes, Académie de Philatélie, 1968 (merci à B. Chabrolin pour la communication des dates d’ouverture des bureaux). [up]
[8] L’orthographe des noms est celle de l’époque. [up]
[9] Voir l’Instruction générale sur le service des postes, art. 560-561, Imprimerie royale (Paris), 1832. [up]
[10] Dans les communes rurales dont l'étendue et la population présentent une certaine importance, il peut être demandé, par les municipalités, l'installation, à leurs frais, d'une ou plusieurs boîtes supplémentaires. Elles sont incluses dans la tournée du facteur rural. Le timbre circulaire porte la même lettre que celle de la boîte principale, accompagné d'un indice numérique, à partir du n° 2. [up]
[11] Enquête postale de 1847, cf. note infra. [up]
[12] Département des Manuscrits de la Bibliothèque nationale, rue Richelieu, Paris (Ms. Fr. 9787 à 10129). Enquête réalisée à l’instigation de Benjamin Dejean, directeur général des Postes. [up]
[13] Les facteurs ruraux ne relèvent ni journaux ni imprimés. La faiblesse du nombre d’objets ramassés par rapport aux objets distribués s’explique probablement par des lacunes dans les renseignements relevés lors de l’enquête. [up]

Mise en ligne le 20 janvier 2017

Retour au sommaire