Localisation des bureaux de la grande poste
de Paris identifiés par une lettre - 1789/1863
 
 
La poste à Paris avant 1789

     Les premiers bureaux de poste ouverts au public en France l’ont été à partir de 1622, à Paris, Lyon, Bordeaux, Toulouse et Dijon, tenus par des commis chargés de la réception et de la distribution des lettres, et de la perception des taxes. Le premier règlement fixant la taxe des lettres est daté d’octobre 1627. A cette date, les postes deviennent un service public.

     A l’origine, quatre ordinaires partent de Paris vers les quatre autres villes de France possédant un bureau. Vers 1650, on compte quatre bureaux de départ :
          - rue aux Ours, une fois par semaine pour la Flandre et l’Angleterre.
          - au portail de Saint-Eustache, deux fois par semaine pour la Bretagne et la Normandie, tous les jours pour Rouen.
          - au Marché-Neuf, une fois par semaine pour Calais, trois fois par semaine pour Reims.
          - rue Saint-Jacques, siège du bureau principal des postes, une fois par semaine pour Barcelone, Rome, Genève, Dijon, la Provence, le Languedoc, la Gascogne, deux fois par semaine pour Bourges, Lyon, Metz, Nancy, Bordeaux, Nantes.

     En 1692, on trouve six boîtes de la grande poste dans Paris, pour envoyer son courrier en province ou à l'étranger :
          - rue Saint-Jacques, au coin de la rue du Plâtre*, vis-à-vis la vieille poste.
          - place Maubert.
          - faubourg Saint-Germain.
          - rue Saint-Honoré, près les Quinze-Vingts.
          - rue Saint-Martin, au coin de la rue aux Ours.
          - rue Saint-Antoine.
cette rue du Plâtre est sans rapport avec la rue Plâtrière que nous verrons plus loin.

     En 1715, il y a sept boîtes :
          - rue Saint-Jacques, au coin de la rue du Plâtre, vis-à-vis la vieille poste.
          - au milieu de la place Maubert, vis-à-vis la Fontaine, à l'Image Saint-François.
          - faubourg Saint-Germain au coin du Jeu de Paume de Metz, chez M. Harsan, parfumeur.
          - rue Saint-Honoré, près les Quinze-Vingts, vis-à-vis la rue Saint-Nicaise, chez un potier d'étain.
          - rue Saint-Martin, au coin de la rue aux Ours.
          - rue Saint-Antoine, devant la rue Geoffroy-Lasnier, chez un maître patissier, au petit Louvre couronné.
          - et une nouvelle, dans la cour du Palais, près le May.

     En 1730, il y en a huit ...


Almanach royal pour 1730

     ... et douze en 1736.


Almanach royal Vve d'Houry, Paris 1736

     A cette époque, le bureau général "pour recevoir les lettres tant françoises qu’étrangères" est dans la rue des Déchargeurs. Tous les matins, les lettres à l'arrivée y sont triées et dirigées vers les huit bureaux de distribution dans les quartiers, chacun employant dix facteurs : Saint-André-des-Arts, place Maubert, Isle Notre-Dame, rue Saint-Antoine, rue Saint-Denis, rue saint-Honoré, les Halles et le faubourg Saint-Germain. Les lettres au départ sujettes à affranchissement doivent être portées au bureau général, celles ramassées dans les boîtes de ville sont menées à ce même bureau général, pour être taxées. Le public est averti que "les lettres qui sont jetées dans les boëtes de Paris pour Paris ne seront point portées à leur adresse.". Une instruction de 1757 insiste sur la hiérarchie entre bureau de poste et bureaux de distribution, les seconds relevant directement du premier. Un directeur est à la tête du bureau de poste, doublé d’un contrôleur, dont les attributions sont de vérifier le nombre et le contenu des dépêches, le travail des commis et facteurs, la charge des chevaux, le respect des horaires, l’exactitude des taxes, le traitement des rebuts et franchises, la confection des dépêches, et le respect des règlements en général.


Almanach royal pour 1770

 
1760 : la petite poste de Paris

     En 1653, l’établissement d’une petite poste est mis à l’essai à Paris, apparemment sans grand succès. Si l'on en croit le Roman bourgeois d'Antoine Furetière, il arriva "qu’aucune lettre ne fut rendue à son adresse, et qu’à l’ouverture de ces boëstes [nouvellement attachées à tous les coins de rue pour faire tenir les lettres de Paris] on trouva pour toutes choses des souris.".


Loret, Gazette des Muses
(Louis Leroy, Histoire du timbre-poste français)

     En 1758, le Plan d'Administration pour la Poste de Paris prévoit le découpage de la capitale en 9 circonscriptions. L'année suivante, la Déclaration du Roi, donnée à Versailles le 8 juillet, établit, dans son article VII, "différents Bureaux pour porter d'un quartier dans un autre, dans l'anceinte [sic] des barrières, des lettres & paquets sur le pied de deux sols pour la lettre simple ...". Les lettres sont généralement en port payé, mais peuvent aussi être en port dû (le facteur faisant alors l'avance de la taxe) ; "les lettres qui n'auront pu être rendues à leur adresse [...] seront rapportées par les facteurs au bureau de distribution de leur district, & seront reportées à ceux qui les auront contresignées, & qui paieront la moitié de la taxe". Les lettres en port dû, dont l'expéditeur n'est pas identifié, sont conservées six mois avant d'être brûlées. Les lettres affranchies non distribuées sont rendues à leur expéditeur, lorsqu'il est connu, avec remboursement de la moitié de la taxe.


Bureau D de la petite poste, port dû, 4ème levée de la boîte 20, taxe 2 sols

     Un avis au public intitulé Poste de la Ville de Paris, daté d'octobre 1761, nous donne une liste de ces neuf bureaux de quartier, chaque adresse étant précédée d'une lettre d'identification :
          A - place du Chevalier-du-Guet (quartier du Louvre)
          B - cloître Culture-Sainte-Catherine (quartier Saint-Antoine)
          C - rue Saint-Martin (quartier Saint-Martin)
          D - rue Neuve-des-Petits-Champs (quartier du Palais-Royal)
          E - rue Saint-Honoré (quartier Saint-Honoré)
          F - rue du Bac (Faubourg Saint-Germain)
          G - rue du Petit-Lion et des Quatre-Vents (Saint-Germain-des-Prez)
          H - Estrapade (quartier Sainte-Geneviève)
          I - rue Neuve-Saint-Etienne (quartier de Bonne-Nouvelle)
Une dixième lettre (K) est attribuée au service de la banlieue, situé dans le bureau du Centre, place du Chevalier-du-Guet.


Intérieur de l'un des bureaux de la petite poste de Paris en 1760.
(d'après une gravure du temps)


Dictionnaire historique de la ville de Paris et de ses environs, Hurtaut & Magny, 1779.

     Le 1er juillet 1780, en vertu d'un arrêt du Conseil daté du 28 juin, la Régie des Petites Postes est réunie à l'Administration des Postes du Royaume. Durant encore quelques années, ses bureaux continueront cependant à ne distribuer que le courrier interne à Paris, ramassé dans les boîtes disposées dans la ville. C'est ainsi que l'on peut trouver, dans l'Almanach de la Petite Poste de Paris réunie à la Grande Poste, daté de 1784, une liste de neuf bureaux, et de leurs boîtes, ne concernant que le service de Paris.
          A - rue des Déchargeurs, et bureau de la Régie
          B - rue de Fourcy-Saint-Antoine
          C - rue de Montmorency
          D - rue Neuve-des-Bons-Enfants, près celle des Petits-Champs
          E - rue et porte Saint-Honoré
          F - rue Saint-Dominique près celle des Saints-Pères
          G - rue de Condé
          H - rue des Fossés-Saint-Victor, porte Saint-Marceau
          I - rue Poissonnière, vis-à-vis la rue Beauregard

     Les bureaux de la petite poste sont doté d'un matériel postal relativement important, en regard de leur importance modeste et de l'époque à laquelle ils ont fonctionné.


G. Delwaulle

     Timbre de bureau, timbre de boîtier, timbre de facteur, indication du quantième, de la levée, marque de port dû, sans oublier la marque linéaire des boîtiers de village, ou celle indiquant les boîtes relevées au-delà des barrières, l'arsenal est assez fourni.


Dictionnaire universel de la France, Hesseln, 1771

     A partir de 1789, il n'est plus fait de distinction, dans le service des bureaux de quartier, entre la distribution des lettres venues de province et de l'étranger, et celle des lettres provenant des boîtes de Paris. C'est la fin, en pratique, de la spécificité locale de la petite poste, pour ce qui est de la distribution des lettres, même si la loi des 26-29 août 1790 prévoit la prolongation des effets de la déclaration de 1759 jusqu'à la fin de 1791.


Almanach parisien en faveur des étrangers et des voyageurs pour l'année 1789, Hébert.

     Le système du port payé préférentiel de la petite poste est abandonné en 1795, les lettres ne recevant désormais plus de marque lorsqu'elles sont en port dû, mais lorsqu'elles sont en port payé. L'almanach de 1796 signale encore l'existence d'un bureau spécial, situé à la Maison des Postes, destiné à l'affranchissement des lettres en port payé pour Paris. Celui de 1799 indique au public qu'il peut affranchir ses lettres "pour Paris, les Départemens [sic] & l'Etranger dans les huit Bureaux de distribution indiqués ci-dessous, portant les lettres de l'alphabet A, B, &c."
 
 
Les bureaux de la grande poste après 1789

     En 1789, l'Hôtel des Postes est situé rue Plâtrière, devenue, en 1791, rue Jean-Jacques-Rousseau (étoile rouge sur le plan). La Restauration a redonné à la rue son nom initial jusqu'en 1825, avant qu'elle n'adopte définitivement le nom du philosophe, qui y logea au n°2.

     Lettre A

     L'on se souvient que le bureau général de la poste, à la fin du siècle précédent, était situé dans la rue des Déchargeurs, devenu plus tard siège de la Régie des Petites Postes. L'almanach de 1789 situe le premier bureau de quartier de la grande poste dans la rue, adjacente, des Mauvaises-Paroles.
          1789 - rue des Mauvaises-Paroles (Palais, Cité, Sainte-Opportune, Saint-Denis, Halles)
          1796 - rue de la Limace (Palais, Cité, Saint-Denis, Halles)
          1799 - rue des Vieux-Augustins* (mêmes quartiers - le Palais-Royal est devenu Palais-Egalité, Montmartre)
          1805 - rue des Déchargeurs (Palais Royal & de Justice, Cité, Saint-Denis, Halles, Montmartre)
          1811 - rue des Mauvaises-Paroles (mêmes quartiers)
          1821 - 1 rue Lenoir-Saint-Honoré (Saint-Eustache, Louvre, Halles, Palais de Justice, Cité)
          1840 - 12 rue Saint-Honoré
          1854 - 1 rue Tirechappe
ancien siège du bureau D, celui-ci étant déplacé rue Poissonnière.


Les boîtes du bureau A en 1839

     Le bureau A est devenu bureau 17 en 1863.

     On note, sur ce plan de 1716, la localisation de l'ancien bureau général de la poste. Les rues entourant ce bâtiment sont la rue des Déchargeurs (cercle rouge 8), la rue des Mauvaises-Paroles (cercle rouge 9) et la rue de la Limace (cercle rouge 10). Les mutations successives du bureau A, entre 1789 et 1820, n'impliquent donc pas forcément un déménagement, l'adresse pouvant dépendre du point d'ouverture de ce bâtiment au public. On remarque la rue Tirechappe, toute proche, et la rue du Chevalier-du-Guet (cercle rouge 2), adresse du bureau A de la Petite Poste en 1761.

     Lettre A, bureaux supplémentaires

     A partir de 1843, en raison de l'augmentation du trafic postal et de l'extention urbaine, des bureaux supplémentaires sont créés et annexés aux bureaux de quartier. Chaque préposé en place dans ces bureaux supplémentaires dépend alors du directeur de son bureau principal de rattachement.
          1843 - Hôtel-de-Ville, rue Lobau, annexe A1
          1850 - 4 rue Neuve-du-Bourg-l'Abbé*, annexe A2
          1854 - 29 rue Saint-Louis-en-l'Ile*, annexe A2
          1855 - 15 rue de la Sainte-Chapelle*, annexe A3
          1859 - 170 rue Saint-Antoine, annexe A2
le bureau de la rue Neuve-du-Bourg-l'Abbé est devenu supplémentaire C2 en 1854. Le bureau de la rue Saint-Louis-en-l'Ile était précédemment le supplémentaire H2. Le bureau de la rue de la Sainte-Chapelle était précédemment le supplémentaire G1.

     Le bureau A1 est devenu bureau 13 en 1863. Le bureau A2 est devenu bureau 21 en 1863. Le bureau A3 est devenu bureau 32 en 1863.

     Lettre B


Bureau B, port payé, 10 septembre 1839

     En 1789, le second bureau de quartier de la grande poste est situé à la même adresse que l'ancien bureau B de la petite poste.
          1789 - rue de Fourcy-Saint-Antoine (Saint-Antoine, Place Royale, Saint-Paul, Arsenal, Ile Saint-Louis, Marais)
          1796 - rue de Fourcy-Antoine (Antoine, Paul, Arsenal, Marais)
          1799 - rue des Ballets (Grève, Verrerie, Antoine, Paul, Arsenal, Marais)
          1805 - rue des Ballets-Saint-Antoine (Grève, Verrerie, Saint-Antoine, Saint-Paul, Arsenal, Marais)
          1826 - rue des Tournelles (mêmes quartiers)
          1833 - 13 rue Saint-Louis (Grève, Saint-Antoine, Saint-Paul, Arsenal, Marais)
          1846 - 29 boulevard Beaumarchais
          1855 - 95 boulevard Beaumarchais


Les boîtes du bureau B en 1839

     Le bureau B est devenu bureau 12 en 1863.

     Lettre B, bureaux supplémentaires

          1843 - 171 rue du Faubourg-Saint-Antoine, annexe B1
          1850 - 196 rue du Faubourg-Saint-Antoine, annexe B1
          1856 - Gare de Lyon, annexe B2
          1858 - 19 boulevard Mazas, annexe B2
          1860 - 174/176 rue du Faubourg-Saint-Antoine, annexe B1

     Le bureau B1 est devenu bureau 23 en 1863. Le bureau B2 est devenu bureau 30 en 1863.

     Lettre C

     En 1789, le troisième bureau de quartier de la grande poste est situé à la même adresse que l'ancien bureau C de la petite poste.
          1789 - rue de Montmorency (Saint-Martin, Temple, Marais)
          1796 - rue de l'Union* (Martin, Temple, Marais)
          1799 - rue du Grand-Chantier (Martin, Temple, Marais)
          1832 - 57 rue des Vieilles-Haudriettes (Saint-Martin, Temple, Marais)
          1837 - 4 rue des Vieilles-Haudriettes
          1840 - 5 rue du Grand-Chantier
          1854 - 4/6 rue des Vieilles-Haudriettes
nom figurant dans l'almanach de 1796. Selon le Dictionnaire des rues de Paris, c'est le nom attribué à la rue d'Angoulème-Saint-Honoré pendant la Révolution. Par contre, le dictionnaire donne rue de la Réunion comme appellation temporaire de la rue de Montmorency entre 1793 à 1806, c'est plutôt celle-ci qu'il faut retenir. On aura noté la disparition du mot Saint dans les adresses de cette période.


Les boîtes du bureau C en 1839

     Le bureau C est devenu bureau 7 en 1863.

     Lettre C, bureaux supplémentaires

          1844 - 7 rue de la Grange-aux-Belles*, annexe C1
          1847 - 12 rue de la Folie-Méricourt, annexe C2
          1850 - 12 rue de la Folie-Méricourt*, annexe C1
          1854 - 4 rue Neuve-du-Bourg-l'Abbé*, annexe C2
          1855 - 48 rue d'Angoulème-du-Temple, annexe C1
          1856 - 6 boulevard Saint-Martin, annexe C3
le bureau de la rue de la Grange-aux-Belles a été supprimé fin 1849. De ce fait, celui de la rue de la Folie-Méricourt est devenu première annexe du bureau  C. En 1854, un nouveau supplémentaire C2 a été ouvert rue Neuve-du-Bourg-l'Abbé, précédemment supplémentaire A2.

     Le bureau C1 est devenu bureau 19 en 1863. Le bureau C2 est devenu bureau 16 en 1863. Le bureau C3 est devenu bureau 5 en 1863.

     Lettre D, première localisation

     En 1789, le quatrième bureau de quartier de la grande poste est situé dans le quartier du Palais Royal.
          1789 - rue des Vieux-Augustins (Palais Royal, Richelieu, Montmartre, Victoires, Nouvelle Halle)
          1796 - rue des Vieux-Augustins* (Palais de l'Egalité, Nouvelle Halle, Montmartre)
après 1796, le bureau de la rue des Vieux-Agustins devient siège du bureau A.

     Lettre D, seconde localisation

     Après 1796, le bureau D est déplacé vers le Faubourg-Montmartre.


Bureau D, port dû, 2 mars 1848

          1799 - rue Poissonnière* (Villeneuve, Bonne-Nouvelle, Petit-Carreau, Faubourg-Montmartre, Nouvelle-France)
          1805 - rue Beauregard (mêmes quartiers)
          1823 - rue Bergère (Chaussée-d'Antin, Faubourg-Poissonnière, Saint-Denis, Saint-Martin, Montmartre, Nouvelle-France)
          1832 - 23 rue de l'Echiquier (mêmes quartiers)
          1855 - rue Monthyon
          1856 - 2 rue Sainte-Cécile
          1863 - 21 rue d'Enghien
en 1796, la rue Poissonnière est le siège du bureau J (lettre supprimée après 1796).


Les boîtes du bureau D en 1839

     Le bureau D est devenu bureau 4 en 1863.

     Lettre D, seconde localisation, bureaux supplémentaires

          1843 - 5 rue Bourdaloue*, annexe D1
          1846 - 5 place Lafayette, annexe D2
          1850 - 160/162 rue du Faubourg-Saint-Martin*, annexe D1
          1854 - 8 place Lafayette, annexe D2
          1854 - Gare du Nord, annexe D3
          1862 - 28 rue de Cléry, annexe D2
le bureau de la rue du Faubourg-Saint-Martin a été ouvert pour desservir la gare de l'Est. Son prédécesseur de la rue Bourdaloue est alors devenu supplémentaire J1.

     Le bureau D1 est devenu bureau 14 en 1863. Le bureau D2 est devenu bureau 24 en 1863. Le bureau D3 est devenu bureau 26 en 1863.

     Lettre E


Bureau E, port payé, levée de 4H 1/2, distribution de 6H, 10 février 1849

     En 1789, le cinquième bureau de quartier de la grande poste est situé dans le quartier Saint-Honoré.
          1789 - rue d'Antin (Saint-Honoré, Chaussée-d'Antin, Comédie Italienne, Roule, Tuileries)
          1796 - rue Honoré (Honoré, Montblanc, Roule, Tuileries)
          1802 - rue Saint-Honoré (Saint-Honoré, Montblanc, Roule, Tuileries, Loi, Petits-Champs)
          1811 - rue Neuve-du-Luxembourg (Saint-Honoré, Montblanc, Roule, Tuileries, Richelieu, Petits-Champs)
          1820 - rue Duphot (Saint-Honoré, Montblanc, Roule, Tuileries, Richelieu, Petits-Champs)
          1835 - 24 rue de Sèze (Saint-Honoré, Montblanc, Roule, Tuileries, Champs-Elysées, place Vendôme)
          1863 - 28 place de la Madeleine


Les boîtes du bureau E en 1839

     Le bureau E est devenu bureau 3 en 1863.

     Lettre E, bureaux supplémentaires

          1843 - 49 rue de Ponthieu, annexe E1
          1844 - 59 rue de Ponthieu, annexe E1
          1847 - 33 rue de Londres*, annexe E2
          1852 - 75 rue du Faubourg-Saint-Honoré, annexe E1
          1854 - 3/5 rue de Chaillot*, annexe E2
le bureau de la rue de Londres devient supplémentaire K2 fin 1854. Le bureau de la rue de Chaillot était précédemment supplémentaire K1.

     Le bureau E1 est devenu bureau 9 en 1863. Le bureau E2 est devenu bureau 34 en 1863.

     Lettre F

     En 1789, le sixième bureau de quartier de la grande poste est situé Faubourg-Saint-Germain.
          1789 - rue des Deux-Anges (Faubourg-Saint-Germain)
          1796 - rue de Verneuil (Faubourg-Saint-Germain)
          1832 - 2 rue de Beaune (Faubourg-Saint-Germain)
          1855 - 56 rue Saint-Dominique-Saint-Germain


Les boîtes du bureau F en 1839

     Le bureau F est devenu bureau 20 en 1863.

     Lettre F, bureaux supplémentaires

          1844 - 5 Petite-Rue-du-Bac, annexe F1
          1851 - 148 rue Saint-Dominique (Gros-Caillou), annexe F2

     Le bureau F1 est devenu bureau 10 en 1863. Le bureau F2 est devenu bureau 27 en 1863.

     Lettre G


Bureau G, port payé, 3 février 1836

     En 1789, le septième bureau de quartier de la grande poste est situé à la même adresse que l'ancien bureau G de la petite poste.
          1789 - rue de Condé (Saint-André, Luxembourg, Saint-Michel, Sorbonne)
          1796 - rue de l'Egalité* (André, Luxembourg, Michel, Saint-Germain en partie)
          1805 - rue de Condé (Saint-André-des-Arts, Luxembourg, Saint-Michel, Saint-Germain en partie)
          1837 - 61 rue Saint-André-des-Arts
          1855 - 13 rue de Seine
          1856 - 13 rue de Seine et 12/14 rue Mazarine
          1863 - 21 rue Bonaparte
dénomination de la rue de Condé pendant la période révolutionnaire.


Les boîtes du bureau G en 1839

     Le bureau G est devenu bureau 15 en 1863.

     Lettre G, bureau supplémentaire

          1846 - 15 rue de la Saint-Chapelle*, annexe G1
en 1855, le bureau de la rue de la Sainte-Chapelle devient supplémentaire A3.

     Le bureau G1 est supprimé en 1855.

     Lettre H


Bureau H, port payé, 22 mars 1839

     En 1789, le huitième bureau de quartier de la grande poste est situé à la même adresse que l'ancien bureau H de la petite poste.
          1789 - rue de Fourcy-Saint-Victor* (Saint-Jacques, Saint-Marcel, Saint-Victor, Sainte-Geneviève, place Maubert)
          1796 - rue Contrescarpe-Marcel (Jacques, Marcel, Victor, Geneviève, place Maubert)
          1802 - rue Contrescarpe-Saint-Marcel (Saint-Jacques, Saint-Marcel, Saint-Victor, Sainte-Geneviève, place Maubert)
          1811 - rue des Fossés-Saint-Victor (Saint-Jacques, Saint-Marcel, Saint-Victor, Panthéon, place Maubert)
          1820 - place Saint-Sulpice (Saint-Jacques, Saint-Marcel, Saint-Victor, Panthéon, place Maubert)
          1823 - 35 rue des Fossés-Saint-Victor (Saint-Jacques, Saint-Marcel, Saint-Victor, Sainte-Geneviève, place Maubert, plus tard Ile-Saint-Louis)
          1854 - 22 rue du Cardinal-Lemoine
adresse donnée par l'Almanach royal de 1789. Il semble qu'il faille comprendre des Fossés-Saint-Victor (il a existé à proximité une rue de Fourcy-Sainte-Geneviève). Notons, d'autre part, que l'appellation de la rue des Postes, située dans le même quartier, n'a aucun rapport avec le service de la poste, mais provient d'une altération du mot pot, la redevance seigneuriale du tiers-pot devant y être payé, au Moyen-Age, sur la vendange de la vigne locale.


Les boîtes du bureau H en 1839

     Le bureau H est devenu bureau 28 en 1863.

     Lettre H, bureaux supplémentaires

          1850 - Salpètrière, annexe H1
          1851 - 29 rue Saint-Louis-en-l'Ile*, annexe H2
          1854 - rue du Fer-à-Moulin, annexe H2
          1854 - 54 rue des Noyers, annexe H3
          1854 - Gare d'Orléans, annexe H4
          1855 - 173 rue Mouffetard, annexe H2
          1860 - 42 rue de la Harpe, annexe H3
en 1854, le supplémentaire H2 de la rue Saint-Louis-en-l'Ile devient supplémentaire du bureau A. Un nouveau supplémentaire H2 est ouvert rue du Fer-à-Moulin, près de la rue Mouffetard.

     Le bureau H1 est devenu bureau 35 en 1863. Le bureau H2 est devenu bureau 29 en 1863. Le bureau H3 est devenu bureau 25 en 1863. Le bureau H4 est devenu bureau 33 en 1863.

     Lettre J, première localisation

     En 1789, le neuvième bureau de quartier de la grande poste est situé à la même adresse que l'ancien bureau I de la petite poste.
          1789 - rue Poissonnière* (Villeneuve, Bonne-Nouvelle, Petit-Carreau, Faubourg-Montmartre, Saint-Lazare, Porcherons, Nouvelle-France)
après 1796, le bureau de la rue Poissonnière est devenu bureau D.

     La lettre J a été supprimée après 1796.

     Lettre J, seconde localisation

     Un nouveau bureau J est ouvert en 1824.
          1824 - 14 rue du Coq-Héron (Cléry, Bonne-Nouvelle, Montmartre, Victoires, Palais-Royal, Richelieu)
          1832 - Rue Notre-Dame-des-Victoires (mêmes quartiers)
          1836 - 4 place de la Bourse


Les boîtes du bureau J en 1839

     Le bureau J est devenu bureau 1 en 1863.

     Lettre J, seconde localisation, bureau supplémentaire

          1850 - 5 rue Bourdaloue*, annexe J1
          1854 - 19 rue d'Antin, annexe J1
ancien supplémentaire D1, le bureau de la rue Bourdaloue est devenu bureau d'arrondissement K en 1854, pour satisfaire à la nouvelle organisation de la poste à Paris, qui imposait à ces bureaux de faire dépêche pour les ambulants.

     Le bureau J1 est devenu bureau 8 en 1863.

     Lettre K, première localisation

     La lettre K est attribuée en 1848, sous la Seconde République, à l'ancien bureau spécial de la Maison du Roi.
          1848 - 10 bis rue de Rivoli
          1853 - 14 rue de la Fontaine-Molière

     En 1854, le bureau K initial est devenu bureau N.

     Lettre K, première localisation, bureau supplémentaire

          1851 - 15 rue de Chaillot*, annexe K1
le bureau de la rue de Chaillot est devenu supplémentaire E2 en 1854.

     Lettre K, seconde localisation

     En 1854, la lettre K a été attribuée à l'ancien suppplémentaire J1, rue Bourdaloue.

          1854 - 5 rue Bourdaloue
          1863 - 11 rue Saint-Lazare

     Le bureau K est devenu bureau 2 en 1863.

     Lettre K, seconde localisation, bureaux supplémentaires

          1855 - 8 rue Saint-Nicolas-d'Antin, annexe K1
          1854 - 33 rue de Londres*, annexe K2
          1863 - 24 rue du Helder, annexe K1
le bureau de la rue de Londres était précédemment supplémentaire E2.

     Le bureau K1 est devenu bureau 22 en 1863. Le bureau K2 est devenu bureau 18 en 1863.

     Lettre L

     La lettre L est attribuée en 1848, sous la Seconde République, à l'ancien bureau spécial de la Chambre des Pairs, qui deviendra le Sénat.
          1848 - 19 rue de Vaugirard
          1862 - 16 rue de Tournon
          1863 - 36 rue de Vaugirard

     Le bureau L est devenu bureau 6 en 1863.

     Lettre M

     La lettre M est attribuée en 1848, sous la Seconde République, à l'ancien bureau spécial de la Chambre des Députés.
          1848 - Assemblée Nationale
          1853 - Corps Législatif, 2 rue de Bourgogne

     Le bureau M est devenu bureau 31 en 1863.

     Lettre N

     La lettre N est attribuée en 1854 au bureau K initial, à l'origine bureau de la Maison du Roi.
          1854 - 14 rue de la Fontaine-Molière
          1855 - 5 rue de l'Echelle

     Le bureau N est devenu bureau 11 en 1863.

     Bureaux spéciaux


Bureau de la Cour, port payé, 1822

     Après la Restauration de 1815, des bureaux spéciaux ont été ouverts dans les grands centres politiques de la Capitale.
          1816 - la Cour, place du Carroussel
          1816 - la Chambre des Pairs, 19 rue de Vaugirard
          1816 - la Chambre des Députés, Palais Bourbon
          1831 - la Cour devient la Maison du Roi, place du Palais-Royal
          1846 - la Maison du Roi, 10 bis rue de Rivoli

     Le bureau spécial de la Maison du Roi est devenu bureau K en 1848. Le bureau spécial de la Chambre des Pairs est devenu bureau L en 1848. Le bureau spécial de la Chambre des Députés est devenu bureau M en 1848.


Maison du Roi, 21 décembre 1846

     En 1844, un nouveau bureau spécial est ouvert dans l'enceinte de l'hôpital de la Salpètrière.
          1844 - la Salpètrière, boulevard de l'Hôpital

     Le bureau spécial de la Salpètrière est devenu bureau H1 en 1850.


     A partir de début Septembre 1863, le système d'identification des bureaux de Paris par une lettre a été abandonnée. En application de la décision ministérielle du 18 Juin 1863, les 35 bureaux de quartier ont été classés en une seule série, numérotée de 1 à 35 en fonction de l'importance de leur recette, de la plus importante à la plus faible.


     Sources :
- Les Postes Françaises - Alexis Belloc - 1886
- Documents Philatéliques n°50 - 116 - 152
- Feuilles Marcophiles n°134 - 218 - 273 - 285
- Almanach royal, national & impérial - années 1788 à 1863 - Gallica
- Dictionnaire des rues de Paris - F. & L. Lazare - 1844
- Plan de Paris, Guillaume de L'Isle, 1716 & 1742 - David Rumsey