Trois exemples d'utilisation tardive
des dateurs type 1868, 1875 et 1884
dans le département du Puy-de-Dôme

     En juillet 1868, une instruction n° 1 parue dans le bulletin mensuel des postes préconise d'introduire dans les blocs dateurs des timbres à date en service dans les bureaux sédentaires de province l'indication du numéro d'ordre des levées pratiquées. Il est spécifié que cette mesure doit être exécutée sur une période de cinq ans, et qu'elle concerne les recettes comme les distributions. Au mois de mai 1875, une notification parue dans le bulletin des postes informe les agents que les timbres à date en usage depuis 1868, portant le numéro du département dans le bas de la couronne, seront remplacés par un nouveau modèle portant à la place le nom du département. Il est précisé que cette mutation se fera progressivement, au fur et à mesure de l'usure du matériel en service dans les établissements. En 1884, l'apparition d'une machine à timbrer dans les bureaux les plus importants impose la création d'un nouveau type de timbres à date, lesquels seront, le cas échéant, utilisés comme dateurs manuels, conjointement ou en remplacement du modèle précédent, mais pas systématiquement, y compris dans les établissements de facteurs-boîtiers puis receveurs. Le début du siècle suivant verra l'apparition de deux nouveaux types de timbres à date, en 1901 et 1904, ce dernier, à simple cercle, s'imposant largement durant les décennies suivantes.

          Facteur-receveur de Bertignat : un type 1868 en 1914

     Un établissement de facteur-boîtier est ouvert au début de 1868 dans la commune de Bertignat. Il dispose initalement d'un timbre à cercle extérieur perlé sans indication de levée, puis d'un dateur à cercle extérieur perlé, avec indication de levée et numéro de département, répertorié dans la nomenclature Barthélémy en tant que type 24. L'établissement, devenu facteur-receveur en 1893 sans modification de son matériel, utilisera ce timbre à date très tardivement, la dernière date connue étant celle du 29 juillet 1914 (ci-dessous), ce qui semble constituer un record de longévité absolu pour ce type de dateur. Après la Grande Guerre, on constate l'apparition à Bertignat d'un timbre à simple cercle tireté de type 1904.

 

          Recette des postes de Saint-Jean-des-Ollières : un type 1875 en 1926

     Distribution créée en 1873, dotée d'un dateur à cercle extérieur perlé de type 1868, elle est convertie en recette simple en janvier 1874. Elle a reçu à cette date un timbre du type 1868 sans cercle perlé, qui a été remplacé entre 1884 et 1891, d'après les dates observées, par un dateur au type 1875. Ce dernier est resté en service largement plus de trente ans, la dernière date connue étant celle du 26 août 1926 (ci-dessous), ce qui en fait la plus extrême connue pour ce type d'empreinte dans le département. Ce bureau a probablement reçu par la suite un dateur de type 1904 à simple cercle continu.

 

          Facteur-receveur de Valbeleix : un type 1884 en 1951

     Un établissement de facteur-receveur y est ouvert au public au début d'octobre 1900, doté du dateur de type 1884 à cercle extérieur tireté alors en service dans ce type de bureaux. Ce timbre a été utilisé durant plus de cinquante ans, la dernière date vue se rencontrant au cours de l'année 1951 (ci-dessous). La marque, d'une parfaite netteté en dépit de son âge, est apposée ici sur un envoi recommandé. On sait qu'en 1948, après plus d'un siècle d'emploi de millésimes à deux chiffres, l'Administration des postes a adopté des millésimes à quatre chiffres. Les derniers millésimes à deux chiffres ayant été fournis en 1951, on ne devrait plus trouver de timbres au type 1884 à partir de 1952. Un timbre à date simple cercle tireté de type 1904 a été utilisé par la suite dans cet établissement.

Retour au sommaire